Les postes de « chief happiness officer » (CHO), ou « responsable du bonheur en entreprise », se multiplient en France, notamment dans le numérique pour « attirer et retenir les talents », une fonction qui doit cependant éviter le piège du gadget.

Lire l’intégralité de l’article : http://www.lalibre.be/economie/libre-entreprise/les-chief-happiness-officers-des-fabricants-de-bonheur-en-entreprise-59b247b0cd70fc627d65ef7a